Pierre de Fermat

LES NOMS DES BÂTIMENTS DU CAMPUS DE CERGY

Pierre de Fermat est un magistrat et mathématicien français né dans le Tarn-et-Garonne au début du XVIIème siècle Dès son plus jeune âge, il développe des capacités extraordinaires en calcul mental. Issu d’une famille bourgeoise, il fait ses études à Toulouse et les poursuit à Orléans pour devenir bachelier en droit civil.

En 1630, il est nommé conseiller du roi d’abord à la chambre des requêtes au Parlement de Toulouse puis à la Chambre criminelle puis à la Grand’ Chambre. En 1648, il devient membre de la Chambre de l’édit de Castres. Erudit dans de nombreux domaines (sciences, littérature, lettres classiques)  et polyglotte, il fréquente assidument les milieux scientifiques et juridiques. Il s’adonne aux mathématiques en amateur et par plaisir, adore les démonstrations et propose des méthodes innovantes, ce qui lui vaut le surnom de « prince des amateurs ». Il est passionné par les travaux d’arithmétique de Pythagore, Euclide, Archimède ou encore Diophante.

Il se fait connaître des mathématiciens vers 1630 grâce à la publication d’une trentaine de courts traités. L’essentiel de ses travaux se concentrent dans ses correspondances avec les plus grands scientifiques de son temps tels que Galilée, René Descartes, Blaise Pascal ou Marin Mersenne.

Précurseur dans le calcul différentiel – ses travaux constituent une base qui sera reprise plus tard par Isaac Newton et Gottfried Wilhelm von Leibniz -, la géométrie analytique, la théorie des nombres et le calcul des probabilités, il est l’auteur d’une célèbre conjecture sur les nombres ou « grand théorème de Fermat » qui a suscité plus de trois siècles de recherche passionnée. C’est le mathématicien britannique Andrew Wiles qui le démontre en 1994. Il est également l’auteur du « Principe de Fermat » dans le domaine de l’optique.

Pierre de Fermat est reconnu comme le fondateur de la théorie moderne des nombres.