Remise de diplômes 2016

Discours prononcé à l'occasion de la remise de diplômes de la promotion 2016.

Mesdames, Messieurs, Mes chers diplômés,

Cette journée est chaque année pour moi un moment de grande satisfaction et de profonde émotion, que je suis ravi de partager avec vous mes chers élèves,  entourés de vos familles.

Avant de commencer cette cérémonie, je voudrais vous proposer une minute de silence pour les êtres chers qui nous ont quittés pendant l’année écoulée avec une pensée toute particulière pour Louis Rigori, élève-ingénieur de première année disparu tragiquement en octobre dernier. Merci.

Mesdames, Messieurs les parents des diplômés, mes premiers mots seront pour vous qui avez consenti tellement de sacrifices, aujourd’hui couronnés par le succès de vos enfants.
J’ai toujours pensé que l’enseignement était une longue chaine qui va de l’école maternelle à l’enseignement supérieur.
Je voudrais aujourd’hui vous parler des petites classes, une période ô combien décisive pour l’avenir scolaire de nos enfants.
Des travaux de recherche récents nous ont en effet appris que des mécanismes cognitifs essentiels se jouent dès la petite enfance, dans les sept premières années de la vie. Et plusieurs études notamment celle du prix Nobel d’économie James Heckman montre qu’un euro investi pour le très jeune enfant permet d’en économiser jusqu’à 8 plus tard dans les domaines  de la santé, l’éducation,  la justice ou les services sociaux. C’est dire l’importance des premières années de maternelle et de l’école primaire.
Après la maternelle et l’école primaire, vous avez conduit vos enfants vers l’enseignement secondaire, au collège, puis au lycée à l’issue duquel ils ont décroché le baccalauréat ; par la suite  vous leur avez permis d’accéder à l’enseignement supérieur jusqu’au diplôme d’Ingénieur, reconnu voire convoité dans le monde entier puisque comme j’ai l’habitude de le dire le diplôme d’ingénieur français est l’un des meilleurs au monde.
Vous les avez portés, accompagnés, soutenus, encouragés, peut être parfois remis dans le bon chemin avec force et aujourd’hui vous pouvez être fiers de leur parcours et permettez-moi de partager votre fierté.

Je tiens par ailleurs à vous remercier de nous avoir fait confiance pendant ces 3 à 5 années durant lesquelles vos enfants ont été sur les bancs de l’EISTI.
Je souhaite aussi adresser un remerciement particulier aux professeurs de notre école qui font preuve de professionnalisme, de disponibilité et surtout d’abnégation dans la conduite de leur mission d’enseignement.
J’associe bien sûr à ces remerciements les membres du personnel administratif tout aussi essentiels à la bonne marche de notre institution,  qui font de leur mieux au quotidien pour résoudre grands et petits problèmes tout en gardant leur sourire.

Mes chers diplômés,

Voici le moment tant redouté et tant espéré à la fois.
Tant redouté car il signe la fin d’une période très importante et que j’espère heureuse de votre existence ; celle des études et de la curiosité intellectuelle qu’elles ont éveillée en vous ; celle de la vie étudiante et de ses péripéties innombrables qui constituent autant de souvenirs qui resteront chers à votre cœur ; celle de l’ouverture aux autres, de l’épanouissement personnel et de la maturité progressive ; celle de la fraternité étudiante et de la complicité du corps professoral.
Tant espéré car ce moment signe aussi la naissance d’un long cycle dynamique de votre vie ; celui où le savoir est désormais presque acquis, il s’agit alors de le mettre au service d’un parcours professionnel et d’un cheminement personnel, et là tout repose sur vous, en toute conscience, en toute liberté.
Fort de votre expérience, encore curieux de votre avenir, c’est bien un moment où l’audace devient conquête, où l’élan devient courage, où le désir se transforme en engagement. Une vraie mutation, un vrai palier franchi avec détermination, une vraie séquence essentielle de votre parcours d’homme ou de femme.
Aujourd’hui la mission de l’EISTI s’achève. Je pense que votre formation vous a apporté un bagage bien utile, fait de savoirs, de savoir-faire et de savoir-être.
Je  vous demande donc de regarder avec courage et ambition ce futur et de le bâtir à votre image en imprimant vos propres repères avec l’espoir que nos valeurs, Professionnalisme, Ouverture, Solidarité, Ethique en fassent partie. Ces quatre valeurs vous les connaissez bien, vous les avez partagées avec nous durant toutes ces années.
Mes chers diplômés, depuis juillet 2015, l’EISTI est labellisée Etablissement d’Enseignement Supérieur Privé d’Intérêt Général, ou EESPIG. Nous avons fait partie du premier arrêté annonçant la première promotion d’établissements à recevoir cette qualification.
Dans cet acronyme, vous l’entendez, il y a Intérêt général. C’est là l’essentiel et c’est ce qui fait que cette qualification ou ce label revêt une immense importance pour nous, car il traduit la philosophie qui a toujours animé l’EISTI.
Pour revenir et résumer la façon dont nous avons conçu notre mission, j’aimerais bien vous citer deux phrases extraites des essais de Montaigne :
« Une tête bien faite plutôt qu’une tête bien pleine. »
et
 « Frotter et limer notre cervelle contre celle d’autrui. »

Tout cela se retrouve bien dans les différents aspects de votre formation, qui certes comporte des enseignements théoriques mais fait aussi la place à l’expérience internationale, au stage en entreprise, au travail en équipe sur des projets. L’objectif est là encore de vous préparer au mieux à l’entrée dans la vie active et je suis sûr que lorsque vous allez nous dire ce que vous faites aujourd’hui alors que vous venez tout juste d’avoir votre diplôme je serai rassuré sur l’adéquation permanente de votre formation aux besoins du marché du travail.
Mes chers élèves, je vous demande d’avoir à l’esprit  durant toute votre vie professionnelle cette citation de Jean Bodin (1530-1596) reprise par le Général de Gaulle : « Il n’est de richesse que d’hommes »… et de femmes bien sûr. L’approche humaniste qui a été la nôtre durant vos études n’est-elle pas en adéquation parfaite avec l’idée du Général ?
Je la complèterai de cette autre citation tirée de Claude Levi Strauss « Un humanisme bien ordonné ne commence pas par soi-même mais place (…) le respect des autres êtres avant l'amour-propre. »
En ces temps de repli sur soi, d’individualisme, l’humanisme se doit d’être plus que jamais un puissant altruisme, non négociable, au service de nos semblables. C’est cette altérité si chère à Emmanuel Levinas qui vous permettra d’éclairer votre chemin et celui des personnes autour de vous.
Sachez encore que vous ne serez jamais seuls, à côtés de vos proches vous pourrez toujours compter sur votre école, vos camarades de promotion, un réseau de plus de 4000 diplômés, et dois-je le préciser  nos portes, les portes de votre maison vous resteront bien sûr toujours grandes ouvertes.
L’un des meilleurs moments de ma vie de directeur c’est lorsque vous donnez de vos nouvelles souvent à l’occasion de vos réponses à mes vœux de nouvelle année. Ne vous en privez surtout pas ! C’est le plus grand cadeau que vous pouvez me faire.

Un mot maintenant sur votre école demain.  L’EISTI existe depuis plus de 30 ans, et continue d’évoluer. Cette impérieuse nécessité nous conduit à penser l’avenir de notre institution  en regardant toujours plus vers l’international, en restant au plus près des évolutions des entreprises et en étant agiles et capables d’apporter de nouvelles compétences. J’espère que vous regarderez avec intérêt et bienveillance les chemins que l’EISTI se doit d’emprunter pour rester et être plus encore une grande école  d’ingénieurs qui compte dans le paysage de l’enseignement supérieur français.
Je forme le vœu que vous soyez  également partie prenante de nos évolutions futures en tant que membre de la famille EISTI tout au long de votre vie professionnelle.
Alors, ces évolutions, quelles sont-elles ? Permettez-moi  de vous livrer rapidement quelques axes stratégiques de notre développement.  
Tout d’abord, le projet ISITE Initiative d’Excellence Paris Seine que nous menons avec l’Université de Cergy Pontoise et l’ESSEC, voire l’ENSEA et l’Ecole nationale supérieure d’art de Paris Cergy,  porte la vision d’une grande université internationale de recherche, alliant l’excellence au plan mondial et le désir de développer l’attractivité des formations françaises (notamment sur notre territoire Val d’Oisien). Ce projet s’inscrit dans la volonté du gouvernement français de porter les établissements de l’enseignement supérieur hexagonal  aux sommets des standards internationaux.
Nous allons aussi faire grandir nos campus. La croissance de nos effectifs de quelque dix pour cent par an depuis cinq ans exige de nouveaux locaux. Dès l’année prochaine, l’EISTI disposera de deux mille quatre cents m2 à côté de l’Écocité de l’Innovation à Cergy et cette évolution nous amènera à construire à proximité de ce site un immeuble de deux mille m2  l’année suivante. De plus, maintenant que nous avons atteint notre objectif de plus de trois cents élèves sur le site de Pau, j’espère que dans un avenir proche, une nouvelle construction y verra le jour.
Pour revenir à notre ouverture à l’international, nous donnons  désormais la possibilité d’effectuer un semestre d’études à Singapour au cours du cursus Ingénieur sur le campus de notre partenaire l’ESSEC qui y assure tous les cours de management.
Qui sait si dans un à deux ans, nous n’aurons pas nous aussi un campus dans cet état ville.
Nos projets pédagogiques ne manquent pas non plus.
Dans le cadre de l’ISITE, nous allons mettre en place, avec nos partenaires, un Bachelor à l’international qui proposera une formation originale et innovante associant les arts, le management et l’ingénierie dès la rentrée 2018.
Guidés par les retours que nous recevons des milieux professionnels, nous enrichissons nos options ;  deux nouvelles ont vu le jour cette année : IMSI (Ingénierie Mathématique et Simulation Informatique) et Smart Systems et nous nous apprêtons à ouvrir dès l’année prochaine une troisième : FinTech.

Bref vous l’aurez compris à travers ces quelques exemples que votre école avance et accélère même afin que vous puissiez être toujours fiers d’appartenir à cette famille.

Mes chers diplômés,
« La jeunesse a toujours foi en ce qui est nouveau »  disait Franz Werfel.  Alors je gage que vous serez éternellement jeunes ou garderez toujours en vous cette part de jeunesse que vous avez aujourd’hui et que je m’efforce de garder aussi malgré mon âge avancé.
En effet, la plupart d’entre vous allez inventer au fil de votre carrière de nouveaux métiers, de nouvelles technologies, de nouvelles méthodes de travail. Et je trouve cela formidable. Vous avez choisi une voie qui est par définition celle de l’innovation. Vous ne vous ennuierez jamais dans la carrière qui s’ouvre à vous et aurez, je n‘en doute pas, mille et une opportunités que vous allez pouvoir saisir.
Pour conclure mon discours mes chers amis, je vous demande, que dis-je, je vous ordonne, d’être heureux tout au long de votre vie et vous allez vous apercevoir très vite que le bonheur est une maladie extrêmement contagieuse.

Bon vent à tous.