ENQUETE SUR LE CONFINEMENT

Paroles d'étudiants "confinés"

Garder un bon rythme de travail est un challenge d'envergure pour la plupart des étudiants confinés.

Nisrine Fortin, enseignante en mathématiques en cycle préparatoire et cycle ingénieur et responsable de la promo prépa 1 sur le campus de Pau, a souhaité savoir comment les futurs élèves ingénieurs de CY Tech vivaient cette étape inédite de leur cursus en leur demandant de répondre à quelques questions.

1. Cours à distance et concentration

86 % des étudiants qui ont répondu à ce questionnaire sont confinés en famille. Considérée comme rassurante, cette situation n'est pas simple et peut engendrer des difficultés de concentration ou de motivation. Des sollicitations familiales ou des distractions peuvent être une source de « ralentissement » dans l’exécution des projets à réaliser à distance.

« Travailler demande plus d’efforts, surtout pour comprendre des notions seul de notre côté »

2. Lien pédagogique

Pour soulager cette charge mentale importante, les élèves peuvent compter sur le soutien de l’équipe professorale et administrative. 70 % des étudiants se sentent impliqués dans l’interaction des cours à distance proposés par leurs professeurs via les plateformes collaboratives entre autres. Ils soulignent leurs bienveillance et patience.

« L’échange avec les enseignants sur Teams se passe correctement malgré des micros-coupures qui me donnent des retards sur le cours de manières récurrentes. Les interactions avec les professeurs permettent généralement d’avoir une meilleure compréhension du cours »

3. Organisation

La moitié des élèves interrogés jugent la qualité de travail plus conséquente pendant cette période de confinement et doivent réinventer leurs habitudes de travail en faisant preuve d’autonomie. Ce point apparaît d’ailleurs plus contraignant que la distance en elle-même.

« Je n’arrivais pas bien à travailler dans le cadre familial ni seule chez moi à Pau, je devais rester travailler 1 ou 2h après les cours. Depuis la fin de semaine dernière, j’ai réussi à retrouver mon rythme de travail grâce à un meilleur aménagement de mon coin de travail »

Au-delà de l’inquiétude de ne pas terminer le programme de leur année respective, et la crainte de ne pas avoir le niveau à la rentrée, la majorité des étudiants abordent cette épreuve comme un défi et continuent de s’accrocher malgré les difficultés. Pour conserver le lien et effacer les éventuelles craintes, l’école propose à tous les étudiants des discussions et un accompagnement spécifique sur demande.